5€ offerts, Abonnez-vous !
Mon Compte Connectez-vous
0 article(s) 00.00 €
Vous êtes ici : Accueil > Conseils > Chimiothérapie : comment faire pour limiter la chute des globules blancs ?
Chimiothérapie : comment faire pour limiter la chute des globules blancs ?

Chimiothérapie : comment faire pour limiter la chute des globules blancs ?

Par Romain Filloux, docteur en pharmacie

Les médicaments en chimiothérapie ont généralement des effets secondaires sur la moelle osseuse et le sang. Ils peuvent toucher trois composants, dont les globules blancs, les plaquettes et les globules rouges. Ainsi, il n’est pas rare de constater un manque de globules blancs ou des plaquettes trop basses après une chimiothérapie. La chute des globules blancs induite par la chimiothérapie ne présente pas de symptômes. Par ailleurs, elle affecte l’état général du patient. Un traitement visant à augmenter le nombre de globules blancs dans le sang est alors nécessaire.

  1. Chute des globules blancs : qu’est-ce qu’il faut savoir sur ce phénomène ?

    Les cellules sanguines (plaquettes, globules rouges et blancs) sont produites par la moelle osseuse. Elles sont très sensibles à la chimiothérapie. Les molécules anti-tumorales peuvent provoquer la diminution temporaire du nombre de ces cellules sanguines. Les globules blancs sont les plus sensibles. La chute significative du taux de globules blancs dans le sang est nommée neutropénie.

    La neutropénie ne survient pas immédiatement après la chimiothérapie. Elle se fait progressivement. D’une manière générale, le taux de globules blancs dans le sang peut atteindre le niveau le plus bas après 5 à 10 jours suivant le traitement pour ensuite remonter graduellement.

    La chute progressive des globules blancs induite par la chimiothérapie ne présente pas de symptômes. Elle peut ne pas être ressentie par le patient. Par ailleurs, elle peut provoquer une infection dans n’importe quelle partie du corps, notamment dans la peau, le tube digestif, les voies respiratoires ou encore les muqueuses.

    Les symptômes d’une infection liée à une baisse de globules blancs lors d’une chimiothérapie sont :

    • Fièvre et frissons
    • Plaques rouges ou blanches et lésions au niveau de la bouche.
    • Mal de gorge et forte toux.
    • Essoufflement important et battement de cœur inhabituellement rapide.
    • Rougeur et enflure sur la peau ou les muqueuses.
    • Apparition d’un aphte.
    • Diarrhée persistante.
    • Sensation de brûlure et douleur à l’urine.
    • Inflammation localisée autour d’une blessure superficielle, d’un bouton, des ongles rongés ou d’une petite écorchure.
    Array.produit_nom_nom Lot de 2
    10.00 €

    Meilleure fonction d'élimination digestive !

    Soulage et dégage la voie respiratoire !

    Circulation sanguine stimulée !

    Array.produit_nom_nom

    -16%

    Bien-être général de l'organisme !

    Notre sélection pour éviter la baisse des globules blancs !

  2. Diagnostic et traitement : que faire pour combattre les infections ?

    La chute des globules blancs est prévisible.

    Avant chaque cure, une prise de sang est généralement effectuée pour vérifier le nombre de globules blancs dans le sang. Le médecin peut ainsi ajuster le traitement en fonction du résultat. Si le niveau de globules blancs est trop bas, la chimiothérapie peut être remise à plus tard et le médecin peut prescrire un médicament permettant d’augmenter les globules blancs.

    Afin de corriger ou de limiter les baisses importantes de globules blancs, le médecin peut prescrire des facteurs de croissance de neutrophiles (une sorte d’hormones de la moelle osseuse). Ils sont à administrer par injection sous-cutanée.

    Ils favorisent la multiplication des globules blancs dans le sang. Dans certains cas, la transfusion sanguine peut être réalisée, mais très rarement.


    En dehors de la chimiothérapie, il faut savoir que la fièvre est le premier signe d’une infection probable liée à la chute des globules blancs.

    Les médicaments contre la douleur comme le paracétamol et les anti-inflammatoire permettent de masquer la fièvre. Toutefois, il est plus avisé de consulter immédiatement un médecin en cas de fièvre ou de frissons, surtout si la température est de plus de 38°C. Une prise de sang ou une analyse de l’urine permet d’identifier le nombre de globules blancs restant. Il est alors possible de déterminer la prise en charge médicale la plus adaptée.


    Ci-après quelques gestes pratiquent pour limiter les infections :

     

    • Boire beaucoup d’eau (tisane, eau minérale, etc.).
    • Bien hydrater la peau, et principalement les lèvres (baumes à lèvres).
    • Limiter les expositions au soleil.
    • Eviter le tabac, l’alcool et les produits contenant de l’alcool (bain de bouche à base d’alcool, etc.).
    • Utiliser des gels douches doux et hydratants durant les douches quotidiennes.
    • Manger des aliments sains et adopter une alimentation équilibrée.
    Nous vous rapellons qu'il faut suivre les conseils de votre médecin et en aucun cas, suivre une cure détoxifiantes ou autre pendant une chimiothérapie. Il faut alaisser agir les médicaments comme le protocole le prévoit.

    Pratique, fiable, précis !

    Lèvres hydratées instantanément !

    Array.produit_nom_nom

    -50%

    Parfaite crème anti-rayons solaires !

    Notre sélection pour stimuler la multiplication des globules blancs !

  3. Prévention : comment faire pour augmenter les globules blancs naturellement ?

    Il est possible de stimuler la production de globules blancs dans le sang. Les solutions naturelles permettant d’augmenter le nombre de globules blancs ne sont pas rares. La plupart de ces traitements n’interviennent pas uniquement au niveau des globules blancs, mais également au niveau des plaquettes et des globules rouges.

    Ci-après les solutions naturelles pouvant augmenter le nombre de globules blancs dans le sang :

    • L’acupuncture

    L’acupuncture permet d’alléger les effets secondaires des chimiothérapies. Il permet notamment de soutenir le taux globules blancs dans le sang.

    • Le pollen de cyste

    C’est un remède naturel permettant d’activer le système immunitaire. Il faut le prendre une fois par jour (une cuillère à soupe). Il peut être conservé au congélateur.

    Cette plante possède une propriété particulièrement efficace pour stimuler les cellules souches responsables de la production des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. Il est préférable de le consommer sous la forme de complément alimentaire. En solution buvable, il est à prendre 2 fois par jour, une fois le matin et une autre le soir.

    Il est important de noter que cette plante favorise la circulation sanguine. Sa consommation n’est donc pas indiquée pour les personnes souffrant d’hémorragie.

    La propolis est surtout indiquée pour stimuler la production de globules rouges, mais elle agit également sur les globules blancs. Il est nécessaire de la diluer dans un biscuit ou du pain afin d’enlever le goût d’alcool.

    Pour que le traitement soit efficace, il est nécessaire de commencer la cure plusieurs semaines avant la chimiothérapie.