5€ offerts, Abonnez-vous !
Mon Compte Connectez-vous
0 article(s) 00.00 €
Vous êtes ici : Accueil > Conseils > Ibuprofène : comment prendre cet anti-inflammatoire ?
Ibuprofène : comment prendre cet anti-inflammatoire ?

Ibuprofène : comment prendre cet anti-inflammatoire ?

Par Romain Filloux, docteur en pharmacie

L’ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien, découvert par le Dr Stewart Adams et son équipe en 1969. 

Il est utilisé dans le cadre d’un traitement de douleurs légères à modérées, de fièvre, d’un traitement symptomatique à court terme ou d’un traitement symptomatique à long terme. 

Il peut également être associé à d’autres substances actives pour optimiser son action. 

Par ailleurs, en automédication, la prise d’ibuprofène demande de nombreuses précautions.

  1. Indication : quand prendre de l’ibuprofène ?

    L’ibuprofène bloque l’action de certaines enzymes.
    Ainsi, il possède une action antalgique, antipyrétique, anti-inflammatoire.
    Il permet également de bloquer temporairement les fonctions plaquettaires.

    L’utilisation de l’ibuprofène, seul, est indiquée dans les cas suivants :

    • Traitement de courte durée des douleurs et/ou de la fièvre : maux de tête, douleurs dentaires, courbatures, règles douloureuses, états grippaux.

    • Traitement symptomatique de courte durée (poussées aiguës) : Rhumatismes abarticulaires (tendinites, bursites, etc.), arthroses, lombalgie, radiculalgies, etc.

    • Traitement symptomatique à long terme : rhumatismes inflammatoires chroniques (spondylarthrite ankylosante, rhumatisme psoriasique, etc.), arthroses douloureuses et invalidantes.
  2. Posologie : comment prendre l’ibuprofène ?

    Selon sa forme galénique, l’ibuprofène peut être administré par la voie orale, cutanée, intraveineuse ou rectale.
    Il possède une biodisponibilité de 49 % à 70 %.

    Pour agir au niveau de l’organisme, ces substances actives subissent des transformations au niveau du foie (métabolisme hépatique).

    Il faut ensuite 1.8 à 2 heures pour que le taux de sa concentration dans le sang diminue de moitié (demi-vie d’élimination).

    Selon la recommandation de l’ANSM, l’ibuprofène est à utiliser « à la dose minimale efficace, pendant la durée la plus courte ».

    Il est également recommandé de ne pas prendre 2 médicaments AINS en même temps.

    Il faut aussi veiller à ne pas prolonger le traitement à l’ibuprofène au-delà de 3 jours dans le cas d’une fièvre, et de 5 jours en cas de douleurs. Il faut arrêter la prise dès la disparition des symptômes.

    Il faut noter que l’ibuprofène est contre-indiqué chez la femme enceinte, et en cas de varicelle oou de maladies virales en général.

  3. Les associations connues avec l'ibuprofène

    L’ibuprofène peut être associé à d’autres substances actives afin de mieux prendre en charge la douleur.

    Dans les formulations commerciales, l’usage de l’ibuprofène en association est indiqué dans les cas suivants :

    • Lévomenthol : traitement de la douleur et du gonflement en traumatologie bénigne chez les adultes de plus de 15 ans.
    • Codéine : traitement des épisodes douloureux de courte durée chez l’adulte, d’intensité moyenne à sévère.(sur ordonnance)
    • Caféine : traitement de courte durée de la douleur à intensité modérée chez l’adulte.
    • Lysine : traitement à courte durée des maux de tête et règles douloureuses chez l’adulte.
    • Pseudoéphédrine : soulagement des symptômes de la congestion nasale associée à une rhino-sinusite aiguë, présumée virale avec céphalée et/ou fièvre chez les adultes de plus de 15 ans.